Limiter l'effet de fragmentation

Dès le stade des études préalables, une cartographie des déplacements de la faune est réalisée. Des aménagements appropriés (clôture le long des emprises et plantations appétentes) permettent d’attirer et de guider les animaux vers les points de passage.

Ouvrage de franchissement pour la grande faune assurant la continuité écologique entre deux massifs boisés

Les ouvrages de franchissement sont destinés à rétablir les corridors biologiques existants.

Échappatoires guidant les animaux hors de l’emprise

©ASFA/ESCOTA

©SNCF Réseau

Des équipements photographiques permettent
de suivre les passages des animaux

©SNCF Réseau

Une banquette installée à l’intérieur de l’ouvrage facilite la traversée de la petite faune

©SNCF Réseau

Les ouvrages de franchissement piscicoles permettent aux espèces migratrices de franchir seuils ou barrages de navigation afin de remonter les cours d’eau.

Création d’une rivière artificielle et mise en place de paliers afin de faciliter la migration des poissons

©VNF

Des clôtures le long des infrastructures empêchent
les batraciens d’entrer dans les emprises

©ASFA/COFIROUTE

Reconstitution du lit majeur
et des berges sous l’infrastructure
et à ses abords

©ERE

©RTE

Les balises rouges et blanches permettent de rendre plus visibles les conducteurs et pylônes électriques pour l’avifaune. Les silhouettes de rapaces permettent aux oiseaux migrateurs de monter au-dessus des lignes

©CILB | Club Infrastructures Linéaires et Biodiversité | 2019